Fan de lecture... sans bibliothèque



J'adore lire, je dévore au moins un à deux livres par semaine, mais je n'ai pas de bibliothèque. Enfin si : une étagère contenant une dizaine de livres, peut-on dire "bibliothèque" dans ce cas ? En comparaison, mon mari a beaucoup plus de livres que moi, alors qu'il lit très peu. C'est grâce à sa collection complète des Tuniques Bleues ainsi qu'à quelques livres d'histoire, qu'il n'est jamais parvenu à terminer - même si c'est son sujet de prédilection.


Si vous aimez lire vous le savez, lorsqu'on entre dans un bon livre, on ne peut plus le lâcher, il nous suit partout. On laisse de côté la télé, l'ordinateur, les réseaux sociaux. On se retrouve hors du temps, on se couche beaucoup trop tard et on oublie parfois les priorités du quotidien. Mais quel voyage ! Parfois même, lorsqu'on arrive à la fin, le retour à la réalité est difficile - même si sa propre réalité est loin de l'être - et on a hâte de se plonger à nouveau dans une belle histoire...



Mais comme un film déjà vu, je n'aime pas relire un livre déjà lu. Même si je trouve les bibliothèques fournies très jolies chez les autres - et attirantes du fait qu'elles contiennent des livres que je n'ai pas encore lus - je ne trouve aucun intérêt à conserver chez moi des livres qui prennent la poussière au lieu de profiter à d'autres. Qui plus est, je n'aime pas trop l'odeur que prennent les livres dormants... Les collections de Tuniques Bleues ou autres c'est bien, tant qu'on retourne y jeter un coup d'œil de temps en temps et que les livres continuent de vivre et de respirer !


C'est pourquoi je les fais circuler parmi les lecteurs autour de moi, en fonction des préférences que je leur connais : famille, amis, collègues plutôt branchés policiers, romans ou développement personnel... Je dépose les autres dans des boîtes à livres, que l'on trouve un peu partout désormais. Il m'est arrivé d'en faire don à la médiathèque, ou à la maison de retraite proche de mon domicile (pour les livres à gros caractères). On peut aussi les vendre sur Gibert ou Momox par exemple, le principe est très simple et fonctionne parfaitement.



Par contre cela coûte cher de lire autant me direz-vous... Effectivement, j'ai pas mal dépensé pour nourrir mes envies de lecture et je me suis rendue compte que c'était idiot - même si un livre neuf sent tellement bon ! Désormais je n'en achète plus, hormis cadeau ou suite pour laquelle je suis incapable de patienter, ainsi j'apporte ma contribution aux auteurs et aux éditeurs. Mais il y a tant de livres à disposition, qui ne sont passés qu'entre deux mains et n'attendent que d'être lus à nouveau...


Je suis donc passée aux livres d'occasion, via les sites sur lesquels je vends mes livres notamment. J'en trouve aussi dans certains supermarchés et sur les marchés. Je profite parfois des boîtes à livres, un petit coup de chiffon savonneux sur les faces et les tranches et c'est parti ! Le plus économique est quand même la médiathèque : pour un abonnement annuel vraiment modique, celle de ma ville est une source inépuisable, permettant d'emprunter vingt documents par mois - encore plus si on les rapporte avant échéance. Sans craindre de se tromper dans ses choix, on se risque à découvrir des tas de genres et d'auteurs...


Bref, pour en revenir à ma minuscule bibliothèque, j'ai choisi de garder uniquement les livres qui ont été pour moi de vraies révélations et m'ont accompagnée dans mon cheminement de vie, ils sont devenus mes guides et mes outils de travail. Je les relis régulièrement de bout en bout et je m'y réfère ponctuellement, ils sont une vraie source d'inspiration. Je vous les présenterai dans mon prochain article !



Olivia pour




©2020 par Olivia Les Choses en Ordre - Créé avec Wix.com

NANTES